page suivante

L’AIR DE RIEN…

Nous passons 80 % de notre temps à l’intérieur, soit dans nos maisons, soit dans des bureaux ou dans les véhicules de transports. Et sans en avoir l’air, tous les objets, les tissus les appareils qui nous entourent dégagent en permanence des particules que nous inhalons.

Pourquoi en parle t-on beaucoup plus aujourd’hui ?

D’abord joue le phénomène de conscientisation des problèmes de l’environnement, ensuite une envie de vivre mieux et plus sainement. Mais aussi on en parle plus parce que contrairement à ce qu’ils se faisait dans les Années avant 70, nos maisons sont de mieux en mieux isolées (par encore assez au regard des exigences du Grenelle de l’environnement) donc de plus en plus étanches (d’où la nécessité nous le verrons de se doter d’une bonne vmc). Suite au choc pétrolier , par souci d’économie de chauffage, nous avons perdu la bonne habitude d’aérer quotidiennement. Tous les éléments sont donc réunis dans nos habitations ou nos bureaux pour que les substances et la pollution qui se trouvent à l’intérieur restent et voire même se développent avec des facteurs comme l’humidité et la chaleur.

On sait maintenant que certains revêtements, meubles et peintures et autres produits de notre vie courante contiennent des polluants chimiques auxquels s’ajoutent des polluants bio contaminants (acariens, allergène de chiens, de chat, moisissures) ou physiques (ondes électromagnétiques, bruit…).

Les effets sur la santé de certaines de ses substances sont encore mal évalués, cela va de l’allergie et même pour certaines le risque cancérigène pour l’homme est déjà reconnu. Leurs impact sur la santé peut aller de l’inconfort olfactif en passant par des irritations de la peau, des yeux en passant également par une aggravation des allergies jusqu’à des maladies plus graves tel le cancer.

Les COV : composés organiques volatiles influencent largement la qualité de l’air intérieur. Ce sont des substances organiques composées de carbone et d’hydrogène. Elles s’évaporent et deviennent des gaz ou des vapeurs qui contaminent l’air. On les trouve dans différents produits (lasure, peintures, sols pvc, stratifié, moquette, bois aggloméré aérosol cosmétique, … et vont se loger dans les revêtements papiers, textiles (rideaux, papier peint, tapis…) S’il en existe des centaines, les plus connus sont le formaldéhyde, le benzène…

Le TABAC est la première source de pollution dans l’habitat et peut être la plus connue, ce que l’on sait moins c’est qu’elle concentre les effets cancérigène des autres sources de pollution intérieures.

Le MONOXYDE DE CARBONE, on le trouve à l’intérieur lorsque l’évacuation des gaz brûlés est mauvaise (appareils de chauffage défectueux notamment) ses effets sont : A dose élevée : maux de tête, nausée, coma voir décès.page suivante

 

 

 

© l'éconologue 2012

 

CSS Valide !